Archives de catégorie : Mon Actualité

Luis-Graphisme

Pourquoi avoir choisi WordPress pour mon site ?

Comme ont-pu se rendre compte ceux qui connaissaient déjà mon site auparavant, celui-ci a quelque peu changé, autant dans le graphisme que  dans le contenu et même la structure globale. En effet j’ai décidé d’utiliser le CMS (Content management system : système de gestion de contenu) WordPress pour mon site, alors qu’auparavant toute la programmation était de ma patte.

Pourquoi ce choix alors que je suis à priori capable de concevoir un site internet de A à Z ?

Tout simplement la première raison est que je suis graphiste avant tout et la partie de la conception d’un site internet où je prend le plus de plaisir et peux m’exprimer le mieux est celle de la conception graphique. WordPress est un CMS libre (licence GNU GPL) qui est très bien fait et qui laisse une grande liberté d’expression aussi aux créatifs. Créer un thème sous WordPress d’après une charte graphique est vraiment pratique pour peu qu’on s’y connaisse en CSS et php. Une communauté francophone très active et de nombreux conseils et astuces sont disponibles sur le net. Voilà 4 à 5 ans que j’ai pris l’habitude de créer des sites avec ce CMS pour mes clients, alors pourquoi ne l’utiliserai-je pas pour moi même.

Et j’en viens à la deuxième raison, qui est celle que j’utilise actuellement : l’interface d’administration. La plupart de mes clients veulent un site internet qu’ils puissent administrer un tant soit peu, il s’agit surtout de pouvoir modifier le contenu (images et texte) un peu à leur convenance, créer des pages ou écrire des articles comme je le fais actuellement. WordPress est à l’origine un système de gestion de contenu de blog, donc par définition avec la nécessité de pouvoir écrire et éditer le contenu de son « journal numérique« . De facto, il y a une partie administration pour pouvoir mettre à jour ses pages, images et autre médias et ce avec une bonne ergonomie de façon à ce que l’utilisateur lambda qui n’y connait rien en informatique puisse gérer son blog aisément.
Cet outil s’est bien développé par la suite grâce à une communauté grandissante pour y apporter de nombreuses fonctionnalités par s’adapter à la conception de toute sorte de sites en passant par les forums ou les e-boutiques. Tellement de fonctionnalités et de possibilités, que parfois il faut faire le tri pour les clients en ne « gardant » que l’essentiel, la partie utile de l’administration qui leur sera nécessaire.

Et c’est là le troisième point qui fait que j’utilise WordPress, la relative facilité pour un habitué à configurer autant l’administration suivant les profils que le côté visible par tous les visiteurs du site, ajouter des fonctionnalités que ce soit par l’intermédiaire des extensions (plugins), widgets ou directement dans le thème. Bref, c’est un outil tellement flexible qu’il ne met pas de frein à la créativité d’un graphiste pour peu qu’il soit curieux et ait de bonnes base dans les langages de programmation web (php, css, html et un peu de javascript), on parle aussi de webdesign dans ce cas là. De plus, un dernier point non négligeable est que WordPress est un CMS bien entretenu par une communauté de développeurs de tout horizon, remis à jour régulièrement avec un grand soin apporté à la sécurité.

Alors, oui, je pourrais faire un site avec de la gestion de contenu par intermédiaire d’une partie administration sans passer par un CMS, je l’ai d’ailleurs fait pour certains de mes clients qui avaient des demandes précises. Mais pourquoi ré-inventer la roue ? Je préfère franchement utiliser un CMS que je connais bien et aller directement à la partie graphique sans perdre mon temps avec le reste de la programmation, ce qui au final est aussi un avantage pour le client qui s’y retrouve aussi.

Posté par Luis le 5 avril 2015.


Couverture du livret

Le livret d’accueil : un travail collectif.

Je voulais vous présenter aujourd’hui un travail collectif sur lequel j’ai travaillé en collaboration avec des élèves de la MFR de mon village et qui a été pour moi une expérience enrichissante. Il s’agit d’un livret d’accueil destiné aux nouveaux habitants de la commune.

Tout d’abord, je vais vous parler des MFR (Maisons Familiales Rurales) pour ceux qui ne connaissent pas et vous présenter succinctement celle de Donneville.
Les MFR sont donc des établissements « scolaires » dont la particularité est un enseignement par alternance et ce dès la 4e et jusqu’au bac pour certains. C’est une des premières institutions à promouvoir et pratiquer la formation par alternance, en 1937 pour la première Maison Familiale Rurale fondée par l’abbé Granereau qui au départ était plutôt orienté sur les métiers agricoles mais qui s’est bien diversifié depuis (pour en savoir plus sur l’historique des MFR). J’ai eu l’occasion de travailler sur une video retraçant en partie cet historique, je vous en reparlerais peut-être une autre fois.
La MFR « Le Château » de Donneville forme donc les jeunes à partir de la 4e (4e et 3e étant un tronc commun) et jusqu’au Bac pro pour certaines filières, dont deux en rapport avec les animaux (élevage, vente, gestion) et une filière de services aux personnes et aux territoires. C’est avec la classe de terminale de cette dernière filière (SAPAT) avec qui j’ai travaillé sur ce projet.

Dans le cadre de leur bac professionnel les élèves doivent mener entre autres une action commune d’utilité sociale et publique au sein d’un territoire. D’où  ce projet, initié par la mairie de Donneville en collaboration avec la MFR de concevoir un livret d’accueil initialement prévu pour les nouveaux habitants du village et sensé leur apporter des informations utiles et rendre ainsi plus agréable la vie dans ce petit village qui ne cesse de s’agrandir. Le rôle des élèves dans ce projet, qui n’est pas des moindres, était d’aller à la pêche aux informations (institutions et commerces présents dans la commune, services de santé, écoles, mairie, etc.) et d’organiser par thème et rédiger les différentes parties qui deviendront les pages du livret.

Quant à moi, mon rôle dans ce projet ? En tant que graphiste je me suis positionné donc, d’une part comme intervenant dans leur cours en leur apportant quelques explications sur le métier, des notions de mise en page, etc. Dans un second temps j’ai récupéré le travail de chacun, l’ai mis en page suivant leur plan de montage dans plusieurs choix graphiques que je leur ai présentés par la suite.
J’ai aussi travaillé les différentes photos, sur la couverture dans les différents choix graphiques. De là on a dérivé petit à petit sur une maquette plus aboutie, laquelle a été soumis à la mairie lors d’une commission en présence de quelques élèves et de l’enseignante de la matière dans laquelle s’imbrique le projet  pour présenter le livret qui a été validé après quelques petits ajustements demandés par les élus.
Et au final, ça donne ce fameux livret dont vous pouvez voir quelques photos et que les élèves ont eu l’honneur de présenter devant les habitants de la commune pour les vœux du maire.

Comme pour moi,  j’espère que ce projet collaboratif a été pour les élèves de cette classe une expérience enrichissante. Bien que j’ai déjà travaillé au sein d’une équipe, avec divers collaborateurs de différents horizons, c’est la première fois que je suis intervenu dans une classe pour partager mon expérience avec des  élèves qui plus est n’étudient pas dans le même domaine d’activité. Et on s’aperçoit qu’enseigner ça ne s’improvise pas, ceci dit je suis tombé sur un public plutôt impliqué et intéressé, ce qui m’a facilité la tâche. Et comme j’aime bien la pluridisciplinarité, pour le coup j’ai été servi.

Voir le livret.

Liens externes : 

Site des MFR
Site de la MFR de Donneville
« Donnevillois : Bienvenue chez vous » sur la Dépêche du midi.

Posté par Luis le 11 février 2015.


carte de visite avec vernis selectif

Le vernis sélectif pour faire impression !

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler du vernis sélectif dont j’ai fait le choix pour l’impression de mes dernières cartes de visite.
Très bien, mais c’est quoi le vernis sélectif me direz-vous pour ceux d’entre vous qui ne connaissent pas encore ? En fait, ce procédé d’imprimerie permet de mettre en valeur une partie du document imprimé avec un vernis brillant. Le document est  traité après impression tout d’abord avec un pelliculage mat, puis ensuite on vient appliquer le vernis brillant sur les zones réservées. Il permet de donner du relief au document imprimé en faisant ressortir certains éléments avec en prime un côté standing et chic. Mais ça, je vous laisse en juger par vous-même.

Mieux que des mots je vous ai mis en exemple quelques photos de mes nouvelles cartes de visite pour illustrer mes propos. Vous pourrez ainsi voir la différente entre celles avec le vernis sélectif (à droite sur les photos) et celles que j’avais fait imprimé auparavant avec un vernis brillant sur toute la surface.
Même si les photos ne sont pas très bonnes on peut voir grâce aux reflets comment le lumière agit différemment sur les deux modèles et donne plus de contraste à la carte avec vernis sélectif. On voit bien que ça donne du relief aux parties mises en valeur, on a presque l’impression de volume comme pour un embossage.

Et comment on fait pour définir avec l’imprimeur les zones à mettre en valeur avec le vernis sélectif me direz-vous ?
En fait, c’est pas bien compliqué. En plus du fichier d’impression, vous devez fournir un autre fichier à votre imprimeur pour le vernis sélectif. Ce fichier devra avoir les mêmes dimensions que le fichier original et devra contenir le dessin des zones à vernir qui sera généralement en noir. Je vous ai mis ci-dessous en exemple les fichiers que j’ai utilisé pour ma carte.

lg_visite_recto_2014 lg_visite_rectomask_2014

Posté par Luis le 9 janvier 2014.